Accueil > Réno Ecolo > Etanchéité du bâti

Etanchéité du bâti

samedi 1er septembre 2012, par KMan

Comme on ne va pas tarder à attaquer l’isolation du toit ( en panneaux de laine de bois rigide, super ! ), on s’attaque à l’étanchéité du bâti. Et oui, une bonne isolation en sert pas à grand chose si l’étanchéité n’est pas bonne elle aussi. Enfin, c’est peu plus compliqué : une bonne isolation le sera beaucoup moins si l’étanchéité n’est pas bonne (fuites d’air chaud l’hiver, fuite d’air "frais" l’été). Comme de plus nous avons un test d’étanchéité à l’air au cours de notre chantier et un test final, il faut que tout soit prêt aux petits oignons pour la phase finale.

Du coup, nous réalisons l’étanchéité à l’ai en même temps que le pare-pluie. En effet, nous réalisons une étanchéité par l’intérieur (isolation entre chevrons) : on pose les laies entre chevrons, on les agrafe et on les "scotche" aux chevrons. Qui rogne sur le volume intérieur de la maison, certes, mais qui a l’énorme avantage de ne pas "détuiler" le toit. (Généralement, quand on fait une isolation, c’est le pare-vapeur qui joue le rôle de l’étanchéité à l’air. Dans notre cas, nous utilisons un pare-pluie perméable à la vapeur d’eau, imperméabilité à l’eau E1 (très bon). La perméance est de 0.03m (Sd pour les intimes). Indéchirable, (fibrage non tissé), il se colle avec des bandes adhésives.

Parlons des bandes adhésives, nous n’avons pas trop aimé celles à base de "papier" (Ampacoll XT par exemple). Celle à base de fibres non tissées sont plus pratiques à utiliser : moins "nerveuses", elle n’ont pas tendance à s’enrouler sur elle-mêmes. Plus souples, elles s’adaptent mieux aux "plis" du pare-pluie. Bref, on a bien aimé le Tescon vana (j’en reparlerai plus tard pour les vues de détail).

Fini !

(PS : Non, ma charpente n’est pas tordue, c’est un objectif grand angle qui déforme les perspectives)

Répondre à cet article